Science L'Homme de Néandertal savait quoi faire des restes de mammouths
- , le 20/12/2011.

Plus on en apprend sur les Néandertaliens, plus on s'aperçoit qu'ils étaient bien proches de ce dont était capable notre espèce et donc pas si primitifs que dans l'imaginaire collectif. Une récente recherche montre qu'ils étaient de bons architectes et que leurs foyers étaient soutenus par des os de mammouths. Ces hominidés tuaient donc ces animaux pour la viande, mais récoltaient aussi les os de mammouths décédés d'autres causes pour bâtir la cuisine équipée de Madame de Néandertal...

L'Homme de Néandertal savait quoi faire des restes de mammouths



Des archéologues français ont donc découvert des restes d'une construction qui a 44 000 années et qui était fondamentalement bâtie à l'aide d'os de ces animaux. Le bâtiment était circulaire, d'un peu plus de 7 mètres de diamètre. L'Homme de Néandertal a disparu depuis 30 000 ans. On a pensé pendant longtemps qu'il ne faisait rien d'autre que de vivre dans des grottes. D'après les chercheurs du Muséum de l'Histoire Naturelle à Paris ont remarqué que de nombreux os ont par ailleurs été gravés et décorés ou pigmentés avec de l'ocre.

Ils choisissaient donc exprès les plus grands os disponibles et avec la forme la plus adaptée pour construire des bâtiments. Avec le climat de l'époque, le bois se faisait plus rare aussi... Les os ont été trouvés sur un site de l'est de l'Ukraine. Il y en avait 116. Les plus vieilles constructions d'hominidés (Homo Erectus) ont plus de 500 000 années.

Références: Laëtitia Demay, Stéphane Péan, Marylène Patou-Mathis. (2011) Mammoths used as food and building resources by Neanderthals: Zooarchaeological study applied to layer 4, Molodova I (Ukraine) (copie sur scribd) Quaternary International.


L'article « L'Homme de Néandertal savait quoi faire des restes de mammouths » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Science »

Commentaires Facebook