Science Une théorie de choc pour les origines de la Vie
- , le 9/08/2013.

Cette actualité étant à l'origine très longue et passionnante, j'ai décidé d'abord de la garder pour les actualités du site Imaginascience.com, mais rien n'empêche dans faire une synthèse ici. Il s'agit probablement de l'actualité de l'année voire de la décennie selon les critères de votre obligé-rédacteur. Elle provient de l'intérêt que porte actuellement la NASA pour une théorie explicative de l'origine de la Vie sur notre planète. La question est cruciale si l'on veut cerner quels sont les paramètres qui peuvent engendrer la Vie.

Comment passer de l'inorganique à l'organique ? Ainsi, on saura mieux si tel ou tel astre est potentiellement capable d'abriter une forme de Vie. Or, nous n'avons qu'un seul « modèle » de Vie : celle sur notre planète. Alors que voit-on déjà d'universel ? La première chose fondamentale est un « moteur à protons » ; une sorte de pompe...

Cette « pompe à protons » se retrouve donc partout. On dirait bien que tout est parti de là. Le plus étonnant avec cette pompe universelle est que si un ingénieur responsable de la Vie l'avait « pondu », on ne l'aurait pas félicité pour son inventivité. Cette pompe n'est pas des plus efficaces, loin de là : c'est une sorte de barrage hydraulique, avec des protons (et des électrons) en guise de fluide et pour lequel il faut toujours faire remonter les fluides en amont.


« Vous n'êtes qu'un Shadock, passant votre temps à pomper du proton »

Avec cette pompe, n'importe quelle cellule fabrique la « monnaie universelle de l'énergie exploitable », j'ai nommé l' ATP. L'ATP (Adénosine Triphosphate, mais peu importe dans le cadre de cette vulgarisation) se retrouve partout aussi. Le tout forme la base du processus que l'on nomme « Respiration » (nom qui sous-tend un processus bien plus fondamental que le fait de gonfler vos poumons, car la respiration est vue ici au niveau cellulaire et permet de créer de l'énergie pour la cellule et l'on comprend ici aussi la fermentation qui est une respiration un peu moins efficace).

Voici une vidéo qui vous explique simplement ce fichu moteur à protons qui équipe chacune de vos cellules (au niveau des mitochondries pour les animaux, plantes et champignons).



Il s'agit en réalité d'un moteur assez capricieux : il est là pour continuellement fabriquer de l'ATP. Marche (respire) ou crève ! On est un peu tous des sortes de requins : toujours avancer pour survivre. Si je colmate votre arrivée d'oxygène, vous ne ferez pas long feu pour cette raison. Il n'y a pas de mode « Pause »...

Alors, pourquoi ce moteur est-il absolument partout si ce n'est pas le « Top » (optimal) ? Et bien, ce qu'avancent différents chercheurs, dont un qui le renforce depuis 25 ans, est qu'un processus géochimique était disponible et que la Vie est partie de là. Ensuite, tout se serait fondé sur cette base, pas forcément géniale, mais pourquoi réinventer la roue ? Il n'y aura jamais de Vie 2.0 (sans notre aide en tout cas) !

Il s'agit tout bonnement d'un processus qui tient moins à la base de la chimie que de processus électriques et thermodynamiques et qui aurait pris naissance près de cheminées hydrothermales au fond de l'océan Atlantique, pile poil sur la faille au centre et qu'on a nommé la « cité perdue » (Lost City).


Les chercheurs ont trouvé à ce niveau tout l'environnement nécessaire (dont on ne donne pas le détail ici) pour que la machine de la Vie démarre, y compris des structures en nid d'abeilles qui auraient été le précurseur de la cellule.


Eh oui, car la base de la Vie (et sa définition actuelle), c'est une « cellule » (rappel : qui porte justement ce nom, car cela ressemble bien à une enceinte fermée) délimitée par une membrane et que des échanges puissent se former, de type osmose et autres différences de potentiel électrique.

Donc, pas besoin de lumière, ni d'éclair, juste un environnement liquide, des cheminées structurées et des fluides qui disposent les bons ingrédients. L'autoorganisation et un zeste de ré-équilibrage thermodynamique ont fait le reste.

Alors ? Qu'est-ce que cela veut dire pour la Vie dans l'Univers ? La bonne nouvelle est que ce processus est tellement fait de bric et de broc, que quelque chose de similaire (entendez par là, fait avec du « dispo ») mais pas forcément équivalent peut se produire sur des planètes dites « humides » (avec de l'eau liquide préférentiellement).

Souci : ET risque d'être des plus basiques (unicellulaire, genre bactéries). En effet, on peut plutôt supposer que l'endosymbiose qui a donné naissance à la mitochondrie et donc à la vie complexe est un hasard extraordinaire, qui risque très peu de se produire ailleurs. On dispose de pas mal d'éléments de preuve que cela ne s'est produit ici qu'une seule fois...

Références: http://www.dailygalaxy.com/my_weblog/2013/07/-does-life-exist-elsewhere-or-is-our-planet-unique-major-new-theory-for-lifes-origins.html

"Sex, Power and Suicide, Mitochondria and the Meaning of Life", Nick Lane, 2005 (résumé http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1479555/ )

http://www.dailygalaxy.com/my_weblog/2013/08/lost-city-of-the-atlantic-the-site-of-the-1st-living-organisms-on-early-earth.html

Concept de la théorie de l'Abiogénèse http://journalofcosmology.com/Abiogenesis107.html

Au niveau thermodynamique http://www.imaginascience.com/actualites/accueil_actualites.php?action=fullnews&showcomments=1&id=445#haut


L'article « Une théorie de choc pour les origines de la Vie » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Science »

Commentaires Facebook