Neurologie Comment l'alcool désinhibe-t-il ?
- , le 12/09/2013.

Tout le monde sait que l'alcool permet de faire ce que l'on n’oserait pas toujours faire sans. Comment cela se peut-il ? Comment le processus de désinhibition s'installe-t-il ? Des recherches antérieures avaient montré que l'alcool réduit l'activité d'une région du cerveau nommé amygdale. Or, il s'agit de la région du cerveau qui gère l'interprétation des données sociales, comme les expressions faciales des autres. Le cerveau gère justement les émotions dans l'amygdale et via des régions du cortex préfrontal (gérant réflexions cognitives et modulations du comportement).


Les chercheurs ont regardé les effets de l'alcool sur la connexion entre ces deux zones du cerveau cette fois. On a utilisé l'imagerie médicale (scanner IRM) et des images de personnes heureuses ou craintives ou énervées. Parmi les participants, on avait 12 jeunes (âge moyen : 23 ans) et grands buveurs « sociaux » (entendez par là « qui se lâchaient » durant les soirées) d'alcool ; 10 hommes et 2 femmes.

Ces personnes sont notoirement capables de devenir plus tard dépendantes de ce breuvage... On a donné soit une forte dose d'alcool, soit un placébo. On a placé ces personnes dans le scanner et montré les images. L'étude a permis de remarquer que l'alcool réduit bien le couplage entre l'amygdale et le cortex orbitofrontal. L'alcool réduit aussi la réaction de l'amygdale lorsqu'il faut traiter des signaux de menace (visages craintifs ou en colère).

Cette recherche semble démontrer que l'alcool réduit les indices sociaux dans notre cerveau. Notre cerveau ne répond pas normalement ; on peut plus facilement « faire des bêtises » (draguer bêtement, mais aussi agresser) sans craindre la réaction des autres.


L'article « Comment l'alcool désinhibe-t-il ? » vous a plu ?
Ne manquez pas le prochain :

Google+

Abonnez-vous à l'actualité de Sur-la-Toile par email ou flux RSS ! Vous pouvez également vous abonner spécifiquement au flux de la rubrique « Neurologie »

Commentaires Facebook